Festival International de Bridge de La Baule

baie de La Baule
Bienvenue au 69e Festival International de Bridge de La Baule du 16 août au 25 août 2019

Les cartes m’ont toujours fasciné, hypnotisé. Elles ont toutes une personnalité qui leur est propre.

Elles ont inspiré tellement d’anecdotes… par exemple Casanova refusait de battre un jeu cartes car à l’intérieur il s’y trouvait quatre femmes.

Ma première approche du bridge fut en kibitz de mes grands – parents dans leur villa de la Baule les pins. Ma grand-mère n’avait pas son pareil pour indiquer à mon grand-père la couleur qu’elle voulait le voir jouer. Pour pique elle fredonnait l’air de Trenet « Papa pique et maman coud ». Quand elle parlait de ses palpitations, c’était cœur. Toute remarque sur les feuilles des plantes était une exigence de trèfle. Et quand elle demandait si la fenêtre était bien fermée, c’était carreau ! Des petites tricheries anodines car ils ne jouaient pas d’argent.

Quant à mon grand-père, il me posait toujours la même devinette : » Dans un rôti ou un saucisson, que préfère un bridgeur ? L’entame ! « Ils m’ont transmis non seulement leur humour mais surtout leur passion du jeu. Et alors le bridge, mes aïeux, quel coup de foudre. Y’a que chez un dentiste que le bridge est un pensum. C’est une passion, avec toutes ses joies, toutes ses peines, toutes ses finesses, rebondissements, sa logique implacable… une vraie pièce de théâtre. Tragédie ou Comédie selon les erreurs commises. Et si les cartes sont au nombre de 52, c’est pour nous indiquer le nombre de semaines par an pendant lesquelles on doit le pratiquer. Sans relâche !

Je vous souhaite un tournoi exaltant et suis une fois de plus très honoré d’être des vôtres.

Amicalement
Olivier LEJEUNE